DVDEF

innocentes, Les


*

*Synopsis/présentation

Après le faussement scandaleux Adore (2013) et la maladroite comédie Gemma Bovery (2014), Anne Fontaine revient au drame avec Les Innocentes, un bouleversant récit où Mathilde, une jeune médecin de la Croix-Rouge est approchée par une jeune religieuse polonaise pour assister plusieurs de ses consœurs enceintes. Neuf mois auparavant, des soldats russes ont envahi le couvent et violé les religieuses. Dans un décor où la Deuxième Guerre mondiale vient à peine de se terminer, Mathilde se nouera d’amitié avec Maria, une religieuse dont les croyances seront ébranlées par ces circonstances alors que ses semblables demeurent recluses dans leur couvent. La réalisatrice met en scène un long métrage presque exclusivement féminin. D’un côté, Mathilde, athée, incarne la rationalité et la science alors que de l’autre, Maria se démarque par son désir absolu de demeurer aidante envers ses proches, mais aussi fidèle à Dieu. Le film ne force jamais ce contraste entre les deux femmes, préférant plutôt explorer leur intérêt commun, soit le bien-être des religieuses sur le point d’accoucher, et faire progresser leur relation de manière plus naturelle. Ainsi, la jeune interne sera perçue par le groupe de sœurs comme une véritable sauveuse alors que la religieuse verra ses certitudes remises en question non pas par la présence de cette autre femme dans leur milieu, mais par les conflits entre les différentes convictions à l’intérieur même du couvent. Contrairement à ses précédents films, la caméra d’Anne Fontaine se révèle plutôt sobre. Faisant preuve à la fois de pudeur et de sensibilité, la mise en scène plutôt dépouillée de la cinéaste favorise l’action, les regards et les acteurs plutôt que les effets dramatiques. De ce fait, les (nombreuses) scènes d’accouchement ne sont jamais appuyées et la musique se fait particulièrement discrète. Même si le long métrage penche alors pour moins de mysticisme et plus de retenue, ce n’est pas nécessairement parce qu’Anne Fontaine se range du côté de son docteur. En effet, Les Innocentes rend un vibrant hommage à ces femmes souvent perçues comme opprimées et soumises à une autorité. Ici, cette figure prend plutôt les traits de l’homme, véritable monstre dont la guerre a révélé les bas instincts. Ces religieuses sont plutôt présentées comme résilientes et incroyablement fortes. Outre l’image évidemment étonnante de ces mères qui ont fait vœu de chasteté, le film revendique leur droit à la maternité. Heureusement, lors de son dénouement, Anne Fontaine ne sombre pas dans la thèse judéo-chrétienne qui sacralise la maternité comme point culminant de la féminité alors que certaines de ces femmes préfèrent renoncer à leur devoir. Certainement le long métrage le plus abouti et le plus pertinent d’Anne Fontaine depuis plusieurs années, Les Innocentes réussit à transformer un sujet intriguant en un film délicat et fin où les nuances et les subtilités se laissent découvrir et où l’émotion jaillit sans jamais transformer le récit en trame racoleuse.

*Image

L’image est offerte au format d’image respectée de 1.85:1 d’après un transfert 16:9. La définition générale de l’image est superbe. Les détails et les textures sont reproduits avec finesse et précision. Si le rendu des couleurs peut sembler terne et plutôt froid, c’est que la direction photo Caroline Champetier favorise les tonalités de gris du couvent et des paysages de la campagne polonaise aux couleurs plus chaudes. À ce titre, le rendu des couleurs est juste et précis. Les tons de peaux demeurent aussi naturels. Quant aux effets de surbrillance, ils sont évités grâce à des contrastes parfaitement gérés. Enfin, les nombreuses parties sombres sont reproduites avec énormément de subtilité. Les noirs font preuve de fluidité et de profondeur alors que les dégradés sont fluides et précis. La partie numérique se sauve de tout défaut majeur appart.

*Son

Une bande-son au format Dolby Digital 5.1 en version originale française est disponible. L’univers sonore du film est particulièrement en retrait. Il n’est donc pas surprenant de constater que le dynamisme du mixage 5.1 se révèle limité, mais approprié. Le champ sonore se déploie de manière conventionnelle où les ouvertures frontale et latérale laissent échapper la très grande majorité des éléments sonores. Quelques scènes plus mouvementées – une séquence dans une taverne notamment – permettent aux enceintes arrière d’être sollicitées davantage que pour appuyer subtilement les ambiances. Les dialogues demeurent constamment et parfaitement intelligibles tandis que la trame sonore, composée par Grégoire Hetzel et présente surtout pendant le dénouement, s’intègre superbement à l’ensemble. Les basses fréquences grondent à quelques occasions avec une certaine profondeur alors que la sollicitation des extrêmes graves est complètement négligeable. Il y a option de sous-titrage en anglais.

*Suppléments

Il n’y a malheureusement aucun supplément sur cette édition.



*Conclusion

Avec Les Innocentes Anne Fontaine réaffirme son statut de réalisatrice de talent et propose une œuvre soignée, maîtrisée et sensible sur un sujet qui, en d’autres mains, aurait certainement pu se transformer en film racoleur ou manipulateur. Ici, la réalisatrice laisse place aux acteurs et au récit d’abord et avant tout pour offrir au spectateur un percutant regard sur une infime partie méconnue de l’Histoire. L’édition répond techniquement à l’œuvre présentée ici. Le transfert vidéo reproduit avec fidélité la facture visuelle sombre et grise du film alors que le mixage 5.1 établit très bien l’univers intimiste et en retrait de l’œuvre. Il est dommage de constater l’absence de suppléments sur cette édition, mais l’œuvre demeure suffisamment intéressante pour justifier l’achat.

*Note:

Qualité vidéo: 4,0/5
Qualité audio: 3,5/5
Suppléments: 0,0/5
Rapport qualité/prix: 3,4/5
Note finale: 3,3/5


*spécifications :


Studio/Editeur Métropole Films
Année 2015
Genre
Réalisateur Anne Fontaine
Acteurs Lou De Laâge, Agata Buzek, Agata Kulesza, Vincent Macaigne
Nombre de disque 1 DVD-9 (simple face, double couche)
Durée 112 mins
Format d'image 1.85:1
Transfert 16/9 Oui
THX -
Bande(s)-son Française Dolby Digital 5.1
Sous-titre Anglais
Suppléments -
Date de parution 2016-10-11
Auteur de la critique Frédéric Bouchard




Mise à jour : 18/12/2017
DVDenfrancais.com