DVDEF

Everybody Wants Some!!


*

*Synopsis/présentation

Après le succès critique et public de Boyhood qui l’a fait passer de coqueluche du cinéma indépendant à la cour des grands, Richard Linklater retourne derrière la caméra avec un projet de prime abord étonnant, mais qui se révèle en parfaite cohérence avec son œuvre et qui ne devrait pas déstabiliser trop ses amateurs. Présenté comme un Dazed and Confused des années 1980, Everybody Wants Some !! est la réponse foudroyante à ceux qui auraient pu croire qu’après la reconnaissance du milieu, le réalisateur américain se serait vautré dans un cinéma plus commercial, tel un véritable vendu. Se déroulant sur les quelque soixante-douze heures avant la rentrée des classes, le long métrage s’ouvre sur Jake, un jeune lanceur qui emménage avec son équipe de balle-molle dans une maison prêtée par la ville. Pendant ce dernier week-end avant le début des cours, toute la bande prévoit désobéir aux deux règlements de la maison : ne pas consommer d’alcool et ne pas faire monter de filles à l’étage. Linklater se montre certes un peu vieux jeu derrière cette prémisse éculée et ce choix étrangement dépassé de mettre en scène une bande de jeunes hommes hétérosexuels obsédés par le sexe et l’alcool. Son désir de s’attarder à ces privilégiés – qui sont à la tête de l’équipe de baseball du collège – devient plutôt le prétexte pour le cinéaste d’évoquer le thème de la fraternité. C’est donc sa mise en scène que le réalisateur parvient à éviter le piège de l’auto complaisance et d’offrir un spectacle juvénile du comportement primaire et animal de ces jeunes sportifs. Richard Linklater substitue ces facilités à une approche d’observation où sa caméra capte les conversations, filme les séquences de beuverie et accumule les moments où ces garçons cherchent à faire la fête. Il ne faut pas se leurrer cependant, la caméra du cinéaste témoigne bel et bien de l’affection de ce dernier pour ces collégiens et pour cette période nostalgique. Mais en favorisant l’étude plutôt que le conflit, Linklater se libère d’un prétexte scénaristique où ses personnages évolueraient à partir d’une quête initiatique. La seule fois où Linklater délaisse cet enclos est pour proposer un intérêt amoureux à Jake. Même si la présence féminine du personnage de Beverly apporte une fraicheur à cet univers de testostérone, son passage semble davantage servir à faire ressortir Jake de la meute. Ce jeune premier, bien que très adaptatif à son environnement, se révèle plus sensible et plus allumé que ses collègues. Mais étrangement, c’est dans cette exploration de la masculinité fraternelle que Linklater se révèle plus juste et moins lorsqu’il tente d’insuffler un quelconque questionnement chez son héros.

*Image

L’image est offerte au format respecté de 1:78:1 à une résolution de 1080p. Tourné en numérique, le film affiche une superbe qualité. La définition générale de l’image est excellente. Détails et textures, particulièrement les vêtements et les coiffures, sont reproduits avec finesse et précision. Le rendu des couleurs est irréprochable. Ces dernières sont pleinement saturées et ne souffrent d’aucun problème de débordement. Les tons de peaux demeurent naturels et constants. Quant aux contrastes, ils sont parfaitement gérés évitant tout problème de surbrillance. Les parties sombres sont aussi justement reproduites. Les dégradés y sont fluides et les noirs font preuve de pureté et d’intensité. Il n’y a aucun défaut numérique majeur à signaler.

*Son

Trois bandes-son sont disponibles sur cette édition : un mixage DTS-HD Master Audio 5.1 en version originale anglaise et deux mixages Dolby Digital 5.1 en versions française et espagnole. Le mixage DTS-HD est particulièrement dynamique. Bien que les ouvertures frontale et latérale laissent entendre la très majorité des éléments sonores, les enceintes arrière appuient subtilement les ambiances, surtout dans les séquences de fêtes ou encore à l’extérieur. C’est plutôt la trame sonore, composée de populaires morceaux pop et rock des années 1980, qui énergise l’ensemble. Les basses fréquences appuient d’ailleurs avec profondeur ces passages. Sinon, les dialogues qui sont prédominants dans cet univers sonore demeurent constamment et parfaitement intelligibles. Enfin, le canal d’extrêmes graves est sollicité de manière complètement anecdotique. Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.

*Suppléments

Nous retrouvons d’abord « Everybody Wants Some !! More Stuff That’s Not in the Movie (25:24) » un long montage de séquences retranchées du film et de prises ratées. L’ensemble est divertissant, mais un peu lassant. « Rickipedia (3:57) » présente les connaissance du réalisateur Richard Linklater sur l’époque où le film se déroule. Encore une fois, le ton est amusant. « Baseball Players Can Dance (6 :42) » jette un œil sur la préparation des acteurs pour les séquences de danse et celles où ils jouent au baseball. « Skills Video (5:17) » est une série de vidéos où certains des acteurs doivent prouver leurs talents en sport pour obtenir un rôle dans le film. Enfin, « History 101 : Stylin’ the 80s (4:20) » est un court segment sur la direction artistique où on évoque le choix des vêtements, du maquillage et des coiffures.



*Conclusion

Comédie sur une bande de collégiens au comportement juvénile. b>Everybody Wants Some !! représente la fraternité comme un puissant symbole de nostalgie, mais permet également à Richard Linklater de surprendre avec une mise en scène axée sur l'étude et l'observation. Techniquement à la hauteur, l’édition reproduit avec fidélité la facture visuelle du film et l’univers sonore du film. Les suppléments nombreux et divertissants demeurent dans le même esprit que le film.

*Note:

Qualité vidéo: 4,4/5
Qualité audio: 4,1/5
Suppléments: 3,4/5
Rapport qualité/prix: 3,8/5
Note finale: 3,7/5


*spécifications :


Studio/Editeur Paramount
Année 2016
Genre Comédie
Réalisateur Richard Linklater
Acteurs Blake Jenner, Tyler Hoechlin, Ryan Guzman
Nombre de disque
Durée 117 mins
Format d'image 1.78:1
Transfert 16/9 -
THX
Bande(s)-son Anglaise DTS HD Master Audio 5.1, Française Dolby Digital 5.1, Espagnole Dolby Digital 5.1
Sous-titre Anglais, Français, Espagnol
Suppléments Segments (5)
Date de parution 2016-07-12
Auteur de la critique Frédéric Bouchard




Mise à jour : 22/10/2017
DVDenfrancais.com