DVDEF

Fatima


*

*Synopsis/présentation

Inspiré de « Prière à la lune » et « Enfin, je peux marcher seule », deux livres écrits par Fatima Elayoubi, Fatima suit le personnage-titre, une femme immigrante arrivée en France qui tente de pousser ses deux filles dans un autre chemin. Projeté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2015, le long métrage de Philippe Faucon a aussi remporté la prestigieuse récompense du César du meilleur film en 2016. La caméra du cinéaste emprunte un langage simple et un rythme posé pour raconter l’histoire de cette femme. Jamais misérabiliste et encore moins complaisant, le film de Faucon dépeint avec réalisme et empathie le quotidien de son héroïne. Réduit à l’essentiel, le récit demeure au service de ses personnages. Si la démarche de Faucon pourrait décevoir certains, elle demeure étonnamment très engageante. Le réalisateur se permet quelques clins d’œil, notamment une séquence où Fatima, en faisant ses ménages met dans sa poche de l’argent trouvé chez son employeur. Dans la scène suivante, elle remet l’argent à sa patronne. En quelques secondes, Faucon signale le préjugé à la fois de la maîtresse de maison et celui du spectateur à l’égard de Fatima. Autrement, le film choisi de s’attarder également sur les deux filles de Fatima, Nesrine et Souad. La première, aînée, étudiante en médecine représente le meilleur espoir de sa mère pour éviter une vie à effectuer des ménages. Studieuse et acharnée, Nesrine se dédie corps et âme à ses études laissant peu de place aux distractions. De l’autre côté, la deuxième, inquiète beaucoup Fatima. Son comportement, sa désobéissance et ses échecs scolaires rendent la dynamique entre sa mère et elle beaucoup plus tendue. Souad va plutôt se tourner vers son père, divorcé de Fatima. Le film fait d’ailleurs le choix judicieux de ne jamais révéler la cause de la fin de leur union, laissant cette figure paternelle dans une position plus affectueuse et moins condamnable qu’elle aurait pu être. Fatima se distingue ainsi dans ces subtilités. Outre la prémisse qui invite à l’altérité, le long métrage de Faucon présente sans artifice l’existence d’une femme qui ne souhaite que le meilleur pour ses deux enfants. Son incompréhension face à la langue française et son désir de transmettre la langue arabe à ses filles témoigne également d’une douce, mais cruelle conséquence de son sacrifice. C’est à ce moment que cette mère représente toutes les Fatima, mais aussi toutes les autres femmes.

*Image

L’image est offerte au format respecté de 1:85:1 d’après un transfert 16:9. La définition générale de l’image est excellente. Le film ayant été tourné avec une caméra F55 Sony Cooke S3, l’image affiche une belle netteté. On remarquera un très subtil grain dans certains arrières-plans. Le transfert fait aussi preuve de finesse et précision dans le rendu des détails et des textures. Les couleurs sont aussi reproduites avec richesse et justesse. Les effets de surbrillance sont évités grâce à des contrastes parfaitement gérés. Quant aux parties sombres, elles sont impeccablement reproduites grâce à des dégradés fluides et des noirs purs et profonds. La partie numérique se sauve de tout défaut majeur apparent.

*Son

Deux bandes-son en version originale française sont disponible, l’une au format Dolby Digital 5.1 et l’autre au format Dolby Surround 2.0. Sans surprise, c’est un mixage 5.1 qui sert l’environnement sonore en retrait du film. La présence est appropriée et le dynamisme adéquat. Les ouvertures frontale et latérale sont claires alors que les enceintes arrière appuient convenablement les ambiances. Quelques effets d’ambiophonie sont perceptibles ici et là, particulièrement dans les scènes extérieures, et rendent l’expérience du visionnement un peu plus immersive. Les dialogues, élément prédominant du mixage, sont constamment et parfaitement intelligibles alors que la trame sonore s’intègre avec subtilité à l’ensemble. Les basses fréquences sont sollicitées à certaines occasions et grondent avec la profondeur nécessaire tandis que l’emploi du canal d’extrêmes graves est négligeable Des sous-titres anglais sont disponibles.

*Suppléments

Nous retrouvons deux entrevues divisées en quatre segments. Le premier comprend un entretien avec le réalisateur Philippe Faucon (7:13). Ce dernier nous parle notamment de l’écriture du scénario, du travail d’adaptation, du choix des actrices et de ses intentions. Fait intéressant, le segment a été réalisé par François Beaumier dans le cadre d’une rencontre avec le cinéaste à Montréal. Les trois autres (2 :57, 2:05 et 2:00) regroupent une discussion avec l’actrice Zita Hanrot qui incarne Nesrine, la fille aînée de Fatima. Elle discute respectivement de l’enjeu du port du voile, du niveau de langage dans le film et de la question de l’éducation.



*Conclusion

Coproduction entre la France et le Québec, Fatima est un touchant drame sur une mère immigrante et ses deux filles. Évitant le mélo et les scènes larmoyantes, Philippe Faucon favorise une approche plus simple, basée sur un certain réalisme ce qui permet au long métrage de résonner plus fort. L’édition est techniquement satisfaisante. Le transfert vidéo et le mixage reproduisent convenablement les intentions originales du réalisateur. L’inclusion de suppléments est tout à fait la bienvenue, notamment l’entretien avec le réalisateur Philippe Faucon, capté à Montréal, qui est plutôt intéressante.

*Note:

Qualité vidéo: 4,1/5
Qualité audio: 3,5/5
Suppléments: 3,0/5
Rapport qualité/prix: 3,7/5
Note finale: 3,5/5


*spécifications :


Studio/Editeur Distribution Sélect
Année 2015
Genre Drame
Réalisateur Pjilippe Faucon
Acteurs Soria Zeroual, Zita Hanrot, Kenza Noah Aïche
Nombre de disque 1 DVD-9 (simple face, double couche)
Durée 79 mins
Format d'image 1.85:1
Transfert 16/9 Oui
THX
Bande(s)-son Française Dolby Digital 5.1
Sous-titre Anglais
Suppléments Entrevues avec l’équipe du film
Date de parution 2016-06-07
Auteur de la critique Frédéric Bouchard




Mise à jour : 22/10/2017
DVDenfrancais.com